Exemples d’écrits

Histoire de famille

Éléments de généalogie pour Mathieu A. Carlisle, 2016, 208 p.

2016-07-18 08.34.14Quand, à l’été 2015, je me suis aperçue, à Vaugines, que tu confondais le portrait de ton arrière-arrière-grand-père avec celui de ton arrière-grand-père, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire, même si c’est tout à fait naturel de s’emmêler dans les générations d’ancêtres que l’on n’a pas connus. (…)

Ainsi commence l’ouvrage qu’Élisabeth a voulu dédier à son fils pour lui permettre de mieux faire connaissance avec sa généalogie. Au travers des correspondances, souvenirs et archives qui ont été conservés, ce récit emmène le lecteur sur les traces de quatre générations, de Brest à Marseille, en passant par Clermont-Ferrand, New-York et bien sûr, Vaugines en Provence.

« Tout ceci n’aurait pas été possible si la chance ne m’avait pas fait rencontrer Caroline Faure, écrivain, et son entreprise Des mots pour vous dire… Je lui dois beaucoup. Elle le sait. Qu’elle soit ici remerciée infiniment. »

Élisabeth Carlisle, 2016

2016-07-18 08.34.522016-07-18 08.36.042016-07-18 08.34.26

 

 

 

 

 

 

Histoire d’entreprise

2016-01-18 11.07.58Soredis, réseau de distribution de boissons depuis 1925, 2015, 128 p.

À l’occasion des 90 ans de l’entreprise Soredis, premier distributeur de boissons indépendant en France, le groupe Hadès-Soredis souhaitait réaliser un ouvrage illustré retraçant l’histoire de cette entreprise familiale et mettant en lumière les hommes et les valeurs qui la font vivre.

J’ai écrit cet ouvrage à partir d’une cinquantaine d’entretiens réalisés courant 2015 avec les salariés et dirigeants du groupe, et en étroite collaboration avec son président directeur.

2016-01-18 11.06.47La première partie donne un historique des étapes qui ont jalonné la vie de l’entreprise, depuis sa création par le grand-père de la famille en 1925, en passant par le rachat du groupe par de grandes multinationales dans les années 1990, puis son rachat par son petit-fils en 2011 pour en refaire une entreprise familiale.

J’ai ensuite consacré une partie aux différents métiers de la distribution de boisson au rythme des saisons, du travail des caristes à celui des commerciaux, des tournées des chauffeurs-livreurs à la direction des entrepôts.

2016-01-18 11.07.26

Enfin, une troisième partie donne la paroles aux acteurs sous la forme d’un abécédaire qui reprend les mots et valeurs « clé » de l’entreprise.

 

 

 

 

*

Exemple de site internet réalisé avec WordPress, à partir d’entretiens avec la cliente pour le contenu des textes  : https://anneclosmadeuc.com/

*

 

Exemple de courrier administratif

A l’attention de M. le Maire de XXX

Objet : contribution à l’enquête publique pour la révision du plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de XXX

Monsieur le Maire,

Je vous prie de bien vouloir m’excuser de ne pouvoir être présent au rendez-vous d’information du XX/XX prochain sur la révision du PLU. Sur vos conseils, je me permets de vous donner par écrit les remarques que j’aurais souhaité transmettre au commissaire enquêteur.

Le projet de spatialisation présenté lors de la réunion publique du XX/XX dernier envisage de classer en « espace vert de transition ou de respiration » toutes les parcelles potentiellement constructibles dans l’ancien plan dont je suis propriétaire et agriculteur exploitant.

Une telle décision me semble aller à l’encontre des enjeux du diagnostic qui nous a été présenté, notamment la possibilité d’extension en continuité de l’urbanisation existante. Elle est également en contradiction avec l’orientation générale des schémas proposés visant à densifier et diversifier le tissu urbain situé à l’ouest de la voie ferrée afin de limiter la consommation foncière.

Ces parcelles sont en effet d’ores et déjà entourées de maisons et correspondent à ce que les Lois du Grenelle 2 de l’Environnement désignent par le terme de « dent creuses du tissu existant », à urbaniser de manière prioritaire, pour aller contre l’étalement urbain et le mitage des zones agricoles.

Sur les parcelles en objet, les agriculteurs se heurtent chaque jour davantage au mécontentement des riverains incommodés par les nuisances sonores ou olfactives inévitables. Si le projet de PLU reste en l’état, cette situation ne fera qu’empirer, les parcelles voisines devant quant à elles être classées en « secteur de programmation urbaine » ou étant d’ores et déjà bâties.

Le patrimoine agricole ou naturel de la commune ne perdurera pas pour autant car aucun agriculteur ne voudra s’investir sur ces terres et je ne souhaite pas le faire plus longtemps, ayant déjà atteint l’âge de la retraite.

J’ai bien conscience qu’il faut poser des limites pour réviser à la baisse l’ancien plan d’occupation des sols jugé surdimensionné mais cette décision va contre l’objectif de préservation de l’équilibre entre territoires urbains, naturels et agricoles sur la commune de XXX et ne sert pas une densification raisonnée du territoire.

Je me tiens à votre disposition, Monsieur le Maire, pour un nouvel entretien, également avec nos interlocuteurs du XX/XX prochain s’ils le souhaitent. Je peux me déplacer pour les rencontrer si nécessaire.

Je vous remercie pour l’attention que vous avez bien voulu porter à ce message et vous prie d’agréer l’expression de ma considération distinguée.

XXX

*

Extraits d’écrits personnels

11 janvier 2011

Qui a déjà écrit sur la joie ? Sur la définition de ce qu’est la joie ? Simone Weil ? Proust ? Spinoza ? Gide et son « n’apprête aucune de tes joies » ? Il faudrait aussi rechercher les paragraphes de Montaigne et de Pessoa là-dessus.

Je voudrais à mon tour tenter de la saisir, cette joie, faute de l’éprouver, de la définir faute de la ressentir, mais je suis comme le chasseur de papillon qui s’escrime dans l’air avec son filet et donne de grands coups sans rien attraper.

La joie. Rien que le mot claque comme un étendard dans le ciel bleu d’un matin de tournoi, les chevaux sont fringants et piaffent d’impatience, le vent frais rosit les joues, mais c’est ce moment qui est bon, pas celui qui viendra.

La joie est pure, elle n’attend rien d’autre, elle est suspendue dans l’instant. Ni sensation physique, ni réflexion non plus et pourtant chose mentale. Une bouffée qui met hors du temps, fugace et jaillissante, qui ne se confond pas avec la plénitude ou la sérénité.

Elle est ce moment où l’on est parfaitement en phase avec son environnement et son entourage, ou il n’y a pas de fausse note, pas de culpabilité, ou le sourire éclot sans préméditation ni arrière-pensée. Un bouillonnement qui se suffit à lui seul.

*

Novembre 2009, Paris-Marrakech

Voilà, le soleil est passé derrière les maisons. Derniers rayons orange sur la mosquée de Bab Doukkala, sur les trois palmiers derrière, plus loin au fond, le sommet de la Koutoubia, et derrière encore, les brumes et les nuages sur les montagnes de l’Atlas. Le ciel est bleu clair. Des foules d’oiseaux rassemblés au loin pépient à qui mieux mieux comme chaque soir à cette heure. Ne manque que le cri du muezzin qui ne devrait pas tarder.

Sur la terrasse d’en face, un jeune homme lâche trois pigeons qui font des tours au-dessus de la maison, tous les trois ensemble, une dizaine de tours, puis viennent se reposer sur le coin de son toit. Il les regarde, assis sur une chaise, prenant le frais comme moi en attendant que la nuit tombe. J’aimerais voir comment il va s’y prendre pour les remettre en cage. Quelques minutes passent. De lui-même, l’un des pigeons y retourne tranquillement. Les deux autres viennent le rejoindre. Le jeune homme ferme la cage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s